Aller au contenu

Pourquoi aL.Ler voir un professionnel alors que je suis entouré de mes proches ?

Être sophrologue, pousser les portes de son cabinet signifie mettre derrière soi ses problèmes, ses peurs, son histoire et se concentrer uniquement sur la personne face à nous.
C’est être à l‘écoute d’une personne et découvrir son parcours, ses difficultés, l’impact de ses difficultés dans sa vie, sa vie familiale, sociale, professionnelle, allant jusqu’à même toucher sa santé, son sommeil, et bien plus encore.
Être sophrologue c’est écouter pleinement, sans émettre le moindre jugement, le moindre à priori et ne pas émettre d’opinion, de par sa propre histoire, sa propre expérience.
C’est poser des questions qui ouvre certaines fois des portes, sans chercher pour autant à justifier les difficultés, à trouver la source, à remonter dans le passé. Un sophrologue parle uniquement d’avenir, de progression et d’amélioration de la vie actuelle.

Aller voir un sophrologue c’est avoir devant soi un total inconnu qui est uniquement là pour soi, et qui une fois la séance terminée et la porte fermée, ne viendra pas interagir dans votre vie privée .

Vos proches, ces personnes qui vous connaissent aussi bien dans les moments de bonheurs que de tristesse, en qui vous avez confiance, savent également vous écouter, peut être même vous conseiller.
Mais malgré toute la bienveillance qu’ils ont envers vous, il y aura toujours cette balance dans leurs conseils qui prendra en considération votre passé, ce qu’ils connaissent de vous, ainsi que leurs propres expériences, leurs valeurs, leurs peurs, leurs à priori, leurs jugements et ça malgré toute la compassion qu’ils peuvent avoir envers vous.

Et pour d’autres personnes, se confier à leurs proches est une chose trop difficile, de peur de se montrer vulnérable devant eux, ou peur de leurs regards, leurs jugements.

Être entouré est une chance, une chose extrêmement importante dans une vie, mais pour certaines difficultés cela ne suffit pas, et les professionnels sont là pour ça, pour vous !